Les projets

Avec une population de 9.720 habitants, Mézidon Vallée d’Auge est la 8ème commune du Calvados. La commune déléguée de Mézidon-Canon, où se trouve le siège de MVA, recense près de la moitié de la population avec 5.000 habitants.
La commune est située à 32 kilomètres de Caen et à 25 kilomètres de Lisieux, que l’on relie en voiture en 30 minutes. Dotée d’une gare, le train amène les passagers à Caen en 13 à 20 minutes, renforçant l’attractivité du territoire.


PROJET FERME DU BREUIL

Datant du 18ème siècle, la Ferme du Breuil est un imposant corps de ferme entouré de terres devenues progressivement la propriété de la ville de MVA. Elle est située derrière le Château du Breuil, qui abrite l’Hôtel de Ville de Mézidon Vallée d’Auge.

La localisation de la ferme du Breuil est déterminante, implantée au cœur d’un vaste parc arboré, elle est bordée au Nord par de nombreux équipements publics : écoles, restaurant scolaire, salle de spectacle, pôle santé, maison de la petite enfance.

En outre, la commune possède un Centre d’Animation, Raymond Allix, situé à proximité de la gare de Mézidon, qui, au fil du temps, est devenu obsolète et trop petit.

Parallèlement, le centre culturel Jacques Brel, localisé au nord de la commune déléguée de Mézidon-Canon, devenu compétence de la communauté d’Agglomération Lisieux Normandie, au 1er janvier 2017, est excentré et sous-dimensionné (sa capacité ne correspond pas au ratio classique de 0.06m²/habitant).

Ainsi, afin de renforcer l’attractivité de Mézidon Vallée d’Auge en proposant des services rayonnant au-delà de son bassin de vie, la ville a décidé de réhabiliter la ferme du Breuil en l’intégrant dans un projet qui vise à valoriser le patrimoine historique et architectural de Mézidon Vallée d’Auge.

Ce projet passera par la relocalisation de deux équipements, au sein de la ferme : le centre d’animation, porté par la ville de Mézidon Vallée d’Auge et le centre culturel, porté par la communauté d’agglomération Lisieux Normandie. L’idée étant de développer leurs capacités, en proposant des activités attractives pour l’enfance et  la jeunesse.

La ville s’est associée à l’EPFN pour établir, dans un premier temps, un diagnostic des bâtiments et rédiger un programme des travaux afin de connaitre les conditions techniques et financières de la réhabilitation de la ferme.

Le projet global est estimé à 4 700 000 € HT et se déroulera en plusieurs étapes.

Une première tranche de travaux estimée à 1 200 000 € HT, visant à préserver les structures saines, va être conduite par l’EPFN à travers la réfection du clos et du couvert des bâtiments.

La commune abondera sur cette prestation à hauteur d’environ 82 000 €.


 

RENFORCEMENT DES EQUIPEMENTS SPORTIFS

Les travaux dans les gymnases :

Parmi les différentes salles de sports, deux bâtiments apparaissent plus vétustes et nécessiteraient des travaux de réhabilitation. La collectivité entreprend donc de réaliser les diagnostics structurels nécessaires afin de préparer un programme de travaux cohérents par rapport aux attentes des utilisateurs.

Une première démarche a été lancé pour intégrer ces bâtiments dans l’établissement des diagnostics énergétiques du patrimoine de la ville. A l’issue des premières analyses, une première phase de travaux pourra être lancé dans l’année 2020.     

Le terrain de boules de Mézidon-Canon :

Le centre de secours de Mezidon Canon est actuellement installé dans un bâtiment communal à l’Est de la commune. Ce bâtiment vétuste et mal implanté pour l’organisation de ses missions nécessite d’être déplacé.

Le conseil Départemental a validé le projet de construction d’un nouveau centre de secours à côté de la déchetterie de Mezidon Canon, impliquant le déplacement du boulodrome.

En accord avec la section sportive, une nouvelle aire de jeu est en cours de construction sur la partie ouest du centre de loisirs, à la place de l’ancienne piscine.

La surface créée permettra au club de poursuivre l’organisation de ses concours.

Les travaux sont réalisés par les équipes techniques communales. Le chantier sera livré pour la fin du mois de juin.

 

RÉHABILITATION DE L’EGLISE DE LÉCAUDE

L’église de Lécaude est dotée d’une façade occidentale et d’un clocher étroit, des indices qui pourraient indiquer une date de construction récente. Néanmoins, un examen attentif de l’édifice révèle que l’essentiel de ce dernier a été bâti à l’époque romane (présence d’un appareil en épi « opus spicatum », observé par Arcisse de Caumont) aujourd’hui masqué, et de décors assez exceptionnels).

La commune déléguée de Lécaude avait entrepris de faire réaliser des travaux de restauration, notamment de la couverture. Un diagnostic, mené par le cabinet 47 N Architectes, a mis en évidence la nécessité de procéder à certains travaux de réhabilitation plus complet sur l’église : des travaux de couverture, de charpente (le clocher, la nef et le chœur) ainsi que des travaux de vitraux, d’assainissement, de maçonnerie et de taille de pierre.  

Le coût de la réhabilitation de l’église de Lécaude est estimé à environ 425 000 €, à charge de la commune.

Les études ont également mis en évidence, la présence d’une charpente datant du XIe siècle et de quelques ornements. De ce fait, la ville de Mézidon Vallée d’Auge a constitué un dossier, auprès de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) pour demander l’inscription de l’église de Lécaude à l’inventaire des Monuments Historiques afin de pouvoir bénéficier de subventions pour financer sa réhabilitation.

L’étude du dossier, par la DRAC, est en cours.

 

QUARTIER ALLENDE

Implanté en plein de cœur de ville, le quartier Allende bénéficie d’un fort potentiel urbain malgré une image peu attractive auprès des habitants. Forte de sa politique volontariste en matière d’habitat et de développement durable, la ville de Mézidon Vallée d’Auge a lancé depuis 2015 une opération de restructuration de ce quartier.

Le quartier Allende est un quartier historique de la commune déléguée de Mézidon-Canon. Délaissé, le quartier souffre d’un manque de visibilité de ses commerces et de la présence d’une friche commerciale. Les logements sont vieillissants voire vétustes pour certains. Les espaces extérieurs manquent de qualité.

Le quartier n’est évidemment pas dépourvu d’atouts. Il est en effet entouré d’équipements structurants comme la gare SNCF, un gymnase, le collège ou encore l’EHPAD. 151 logements s’y trouvent.

Le projet vise à améliorer le cadre de vie de ses habitants et à renforcer l’attractivité économique et résidentielle de la ville. Les grands axes d’aménagement sont les suivants :

Restructuration du parc résidentiel 

  • Démolition de 62 logements ;
  • Conservation de 89 d’entre eux avec réhabilitation thermique et mise en valeur des façades des immeubles existants ;
  • Construction de 70 logements individuels pensés en petites unités de voisinage avec jardins privatifs et terrasses ensoleillées et la création de lots libres de constructeurs.

Restructuration des voies de transport 

  • Structuration du quartier Allende par une coulée verte centrale réservée aux piétons et aux vélos avec espace de rencontre pour les habitants et les promeneurs ;
  • Réaménagement du carrefour Jean Jaurès / Léon Blum / Jules Ferry ;
  • Restructuration de la rue Léon Blum.

Un quartier écoresponsable 

Harmonie de cohabitation des modes de déplacement (vélos, piétons, voitures, etc.)

Gestion alternative des eaux pluviales avec favorisation de la biodiversité et des écosystèmes et maintien du cycle naturel de l’eau

Approche bioclimatique des logements : orientation au sud des façades, choix optimal de la nature des matériaux

Mise en place d’un conseil environnemental auprès des acquéreurs des parcelles : projets soumis à BET environnement pour garantir la performance énergique des constructions

Les travaux ont débuté en 2015 en partenariat avec Région Normandie, la SHEMA et l'Etablissement foncier public (EFP). La livraison de 20 logements est prévue fin juin 2019 et le réaménagement total devrait s’achever en 2027. (revoir les partenaires)

Un projet concerté

Dans le cadre de la réflexion sur l'élaboration du projet d'aménagement, la ville a mené des échanges avec la population et communiqué sur les parties de l'aménagement :

Le 2 février 2015
  • Information dans la presse du choix de l'aménageur pour réaliser le projet
Le 13 juin 2016
  • Réunion publique : présentation aux habitants du projet d'aménagement
Le 13 novembre 2017
  • Réunion publique : présentation des projets de la commune nouvelle dont la restructuration du quartier Allende
De mars à avril 2018
  • Information à destination des riverains sur les travaux en cours de réalisation dans le quartier Allende, par la distribution d'un flyer, sur la page Facebook et sur le site internet de la ville
Depuis septembre 2017
  • Affichage sur le site internet de la ville d'une page d'information sur les travaux engagés dans le quartier pare celle-ci
Le 20 juin 2019
  • Communication de livraison du nouveau programme 20 logements réalisés par le bailleur Partélios (page Facebook de la ville, articles de presse Ouest France et le Pays d'Auge)
Depuis 2018
  • Information de l'opération d'aménagement sur le site internet de la ville


Pour permettre la sécurisation de la réalisation du projet, la ville de Mézidon vallée d'Auge a approuvé, par délibération en date du 27 juin 2017, le principe d'une procédure d'utilité publique (DUP), comprenant l'enquête préalable à la DUP ainsi qu'une enquête parcellaire.

Conformément à l'article L.103-2 du code de l'urbanisme, une concertation a été mise en œuvre. 

Le bilan de cette concertation, dont les modalités ont été définies par les délibération du 15 décembre 2020 et du 16 février 2021, est constitué de 4 documents, consultables, ci-après : 

Le diagnostic réalisé au début du projet
Consultable en cliquant ici
Le dossier de présentation du projet
Consultable en cliquant ici
Le registre destiné à recueillir les observations éventuelles
Consultable en cliquant ici
Le bilan de l'atelier de concertation et son annexe
Délibération consultable en cliquant ici /  Bilan consultable en cliquant ici


REQUALIFICATION DU QUARTIER DE LA GARE

Les secteurs de la gare sont considérés comme des sites stratégiques pour le renouveau urbain.

La gare de Mézidon Vallée d'Auge est la troisième du Calvados, après celles de Caen et Lisieux. Son parvis constitue donc une entrée sur la commune pour les voyageurs, ce qui revêt un enjeu majeur.

Le projet consiste à transformer en profondeur l’image de la gare de Mézidon Vallée d’Auge pour en faire un véritable lieu de vie, plus agréable et intégré dans l’environnement.

La Fabrique Urbaine, mandataire de l’opération pour requalifier le quartier de la gare, a élaboré un diagnostic avec présentation de différents projets urbains pour mettre en valeur les qualités de Mézidon Vallée d’Auge, une ville à l’attractivité grandissante aux portes de l’agglomération caennaise.

Dans ce cadre, la place de la gare doit représenter un lieu d'accueil qui nécessite :

  • Une augmentation de la capacité de stationnement ;
  • Un renforcement de l'intermodalité (fait d’utiliser différents types de transports au cours d’un même voyage);
  • Le développement de l’offre commerciale.

Des mesures qui seront inscrites dans un schéma de mobilité dont l’objectif est d’optimiser et d’augmenter l'efficacité des déplacements.

Le projet de ce quartier s’inscrit dans une perspective plus vaste permettant une requalification de l’espace entre la voie ferrée, l’avenue Jean Jaurès et le quartier du Breuil. Une restructuration urbaine qui vise à renforcer l’attractivité touristique de Mézidon Vallée d’Auge via la mise en valeur du patrimoine de la commune.

Un projet ambitieux mené en partenariat avec l'Etablissement Foncier Public Normandie (EFPN) pour la définition et la mise en œuvre de la restructuration urbaine du secteur de la gare, la Région et la Communauté d’Agglomération Lisieux Normandie.

  

 


LA CHAPELLE DE SAINTE-MARIE-AUX-ANGLAIS (peintures)

Située au bord de la petite rivière de la Viette et d’une route très étroite, la chapelle de Sainte-Marie-aux-Anglais est difficile d’accès et peu visible pour les non-initiés. Sa localisation particulière explique en partie, la préservation de ce lieu, presque inchangé au fil du temps.

Son maître d’œuvre l’a conçue vers 1150, la nef fut alors réalisée, puis le chantier s’est arrêté et son chœur ne sera construit que vers 1220. 

La chapelle fut bien entretenue jusque vers 1830. Elle passa la Révolution sans aucun dommage.

En 1850, l'historien et archéologue français Arcisse de Caumont (1801-1873), obtint son classement aux monuments historiques.

Au début du XIIIe siècle ses murs intérieurs furent entièrement recouverts de peintures qui, de nos jours, sont en plus ou moins bon état suivant leur position dans la chapelle.

Divers travaux ont été effectués depuis 2017, pour conserver la chapelle de Sainte Marie-aux-Anglais avec l’appui de l’association « Conserver la Chapelle de Sainte Marie-aux-Anglais », présidée par Monsieur Jacques DEVOS.


La première tranche de travaux portait sur le clos et le couvert de la chapelle :

  • Travaux de réhabilitation portant sur la restauration du portail d'entrée ouest, le remplacement de la croix au-dessus du chœur, l’intérieur de la nef, la charpente et le toit en tuile ((3 mois).

La deuxième tranche concernait l’étanchéité de l’édifice :  travaux portant sur la nef et le clocher :

  • Travaux comportant le grutage du clocher et des actions de restauration de la charpente et de la nef (7 mois).

Des tranches de travaux préliminaires et indispensables, pour pouvoir procéder à l’étape suivant : la restauration des peintures murales remarquables dont est dotée la chapelle :

  • Le chœur de la chapelle de Sainte-Marie-aux-Anglais renferme un cycle marial ainsi que des épisodes de la vie du Christ.
  • Dans la nef se côtoient des scènes bibliques, la prise de Jérusalem par des chevaliers croisés, ainsi que l'assassinat de Saint-Thomas Beckett.

Les décors font actuellement l’objet d’études plus avancées afin de déterminer le protocole de restauration. Les travaux sur les peintures débuteront, sous réserve d’obtention des financements.  

 

LES EFFACEMENTS DE RÉSEAUX

La dissimulation des réseaux (aériens d’électricité, d’éclairage public et de télécommunication) permet une meilleure intégration de ceux-ci dans l'environnement en rendant les réseaux plus discrets, dans une logique de sécurisation de la desserte électrique.

  • A Percy-en-Auge, Grande Rue

Une première tranche d’effacement des réseaux dans l’artère principale, la Grande Rue, a déjà été réalisée (de l’église - à la sortie de Percy-en-Auge – en direction de Saint Pierre en Auge).

La seconde et troisième tranche consiste à poursuivre les effacements de réseaux de la Grande Rue (de l’église - à la sortie de Percy-en-Auge – en direction de la commune déléguée de Mézidon-Canon).


Les travaux sont programmés à partir de la fin d’année 2019, sous la maitrise d’ouvrage du SDEC Energie, pour un coût prévisionnel de 270 000€, avec un reliquat de 120 000 € à charge de la commune.